Ewillane

Jouez la carte de l'imagination !

Olympe, walkthrough (1/5) : le game concept

Le dossier des Éditions Législatives est le premier sur lequel j’ai travaillé à mon arrivée chez 3Dduo. Ça a été l’un des fils conducteurs de mon expérience dans cette entreprise. Il a bien sûr été composé de plusieurs étapes qui sont venues ponctuer mon travail et qui ont permis petit à petit de faire aboutir le projet. Je vais ici me servir de ce dossier pour présenter le quotidien et la démarche que j’ai pu avoir dans mon travail sur les serious games. 

 

La phase de game concept est une des phases les plus importantes, car c’est celle qui va permettre au client de se rendre compte des possibilités de l’entreprise et de son savoir-faire. En général, c’est une phase de concurrence puisque le client reçoit des propositions de plusieurs entreprises du Serious Game parmi lesquelles il devra faire son choix. Le maître-mot d’un game concept est donc « compétitivité ». Il faut s’imposer à travers un concept et des visuels comme étant l’entreprise la plus créative, capable d’un style graphique au plus proche des attentes du client et le plus séducteur possible pour la cible, dans un cadre budgétaire avantageux…

 

Le briefing initial

Il m’a permis de connaître le client et la cible que nous devions viser, en l’occurrence une cible professionnelle entre 20 et 40 ans. Aucun budget n’était d’ores et déjà défini, ce qui nous laissait dans le flou concernant l’éventail des possibilités que nous avions. Le client est un membre du groupe Dalloz et est spécialisé dans l’édition numérique de textes de loi, commentés par des spécialistes du domaine. Des articles de simplifications sont également mis en ligne et mettent en lumière des points de l’actualité juridique.

J’ai également appris certaines exigences du client à travers ce briefing : il fallait que le jeu puisse contenir des informations juridiques, il devait être « duplicable » afin de correspondre à diverses parties du site recouvrant des thématiques de droits diverses. Le client nous avait d’ailleurs donné « le licenciement » comme exemple de thème à aborder. Autre contrainte d’importance, il fallait que le jeu soit humoristique afin de dépoussiérer un peu le côté guindé du droit. Le but était d’intégrer une nouvelle valeur ajoutée au site existant, grâce au serious game, tout en séduisant un public plus large. Dernière contrainte relativement énigmatique : le jeu ne devait pas être un « Zelda ».

 

La phase de recherche

Les informations données par le briefing ne sont généralement pas assez fournies pour permettre de se lancer dans la recherche d’un game concept. La recherche porte dans un premier temps sur le client afin de comprendre plus avant la démarche dans laquelle il désire inscrire son serious game. Par ailleurs, pour des clients au domaine d’expertise aussi pointu que le droit, un passage sur les informations concernant notre sujet est un plus. J’ai ainsi pu voir de quelle manière les Editions Législatives simplifient les textes de lois. La phase de recherche permet de mettre en exergue des contraintes non formulées, comme les valeurs de l’entreprise auxquelles le jeu doit absolument correspondre. C’est une phase d’imprégnation qui permet de faire valoir le sujet lors de la phase de création.

 

Élaboration d’un concept

Il est assez difficile de décrire le processus de création, dans la mesure où la naissance d’une idée relève plus de l’inconscient que d’une faculté active que l’on peut décrire. J’ai toutefois commencé par chercher des types de jeu qui pourraient se rapporter aux besoins de mon client.

Concept numéro 1 – recherche graphique

J’ai élaboré pour ce client 3 concepts, ce qui me permettait de combler les brèches laissées par l’absence de budget. Le premier concept est un jeu d’énigmes. Le joueur devait rassembler un certain nombre d’informations juridiques via des actions s’imbriquant les unes dans les autres. Il s’agit d’une forme assez classique de jeu au cas où l’humour demandé par le client ne soit pas aussi poussé que ne laissait l’envisager le briefing. Par ailleurs, ce type de produit sert également de faire valoir aux autres concepts présentés.

Electron

Le second concept est un jeu de course où le joueur devait récupérer le maximum de dossiers juridiques en un minimum de temps. L’originalité de ce concept résidait dans son univers : j’avais pensé à une mise en abîme de la recherche internet dans le site des Editions Législatives. Le joueur devenait un électron qui allait chercher dans l’univers caché du web, dans ses coulisses, les informations demandées dans la recherche initiale. Ici, le joueur n’aurait pas eu le temps de consulter les informations dans le jeu puisqu’il s’agit d’une course contre-la-montre. Les articles sont consultables à la fin du jeu.

 

 

Décors pour le concept 2 des Editions Législatives

Le dernier concept met en scène un jeu d’aventure se déroulant dans la mythologie grecque, qui connait quelques anachronismes du XXIème siècle qui prêtent à sourire. Le joueur incarne Thémis, la déesse de la justice, et règle les différents problèmes des dieux. Le contenu éducatif est ici à la fois un but et un moyen de réussir le jeu. L’avantage du concept est que les différents dieux permettent d’appréhender les divers domaines du droit puisque chaque dieu possède une fonction claire.

 

Les trois concepts permettent de faire varier la gamme de prix selon les fonctionnalités présentent dans les jeux et de montrer au client qu’il peut moduler son choix en fonction de ses préférences.

 

Rédaction d’un document pour le client

L’ensemble des concepts est ensuite inscrit dans un document de game design à destination du client, puisqu’il est inclus dans la proposition commerciale qui lui sera envoyée. Le but de ce document est d’aider le client à se figurer à quoi ressemblera le jeu, c’est aussi l’occasion d’argumenter afin de faire comprendre au client la démarche qui a été effectuée pour répondre à son besoin.

 

Briefing artistique

Il s’agit de leur décrire les éléments du jeu et de l’univers afin qu’ils puissent visualiser l’univers avant de créer des illustrations pour le jeu. Les graphistes étant des êtres à part, auréolés d’une aura dessinée aux crayons de couleur, il faut savoir doser les informations qu’on leur donne car ils doivent garder leur part d’imagination mais ils doivent être dirigés un minimum afin que la proposition graphique ne soit pas totalement à côté de la plaque. Le nombre de visuels est généralement décidé par le commercial, qui appuie son argumentaire dessus.

Ainsi, pour le troisième concept de jeu, j’ai décrit l’essence du concept à notre graphiste : des petits personnages, assez proches des parodies de manga où les héros ont une grosse tête mais un petit corps. J’ai demandé un avatar de Thémis et un autre dieu à choisir parmi la liste que j’avais donnée, selon l’inspiration du graphiste. Il fallait qu’ils aient un côté humoristique dans leur design, notamment dans leurs attributs classiques. J’ai ensuite fait la description du monde que j’imaginais pour le jeu : des nuages au sommet de l’Olympe avec des morceaux de colonnades grecques et une sorte de place où les dieux pourraient se retrouver. Les nuages pourraient former des sièges pour que les dieux s’y installent. C’est à partir de là que ces illustrations sont sorties.

 

Décors et personnages – propositions graphiques

Retours du game concept

Lorsque les concepts sont terminés, il est temps de faire un retour au commercial afin de lui expliquer en détail le jeu et les partis pris. Il faut qu’il se familiarise avec le concept pour pouvoir ensuite le vendre. C’est après ce briefing que la proposition commerciale est rédigée puis envoyée. Les illustrations peuvent être discutées à ce moment-là ou commandées par la suite, auquel cas elles clôturent le processus de création du game concept.

 

© Le concept et l’ensemble des éléments graphiques de cette page appartiennent à 3Dduo. Le jeu a été développé pour les Editions Législatives. Tous droits réservés. 

Voir l’article suivant : Olympe, Walkthrough (2/5) : Evolution du projet, répondre à un besoin spécifique du client.

Le jeu des Editions Législatives est derrière ce clic. 

Voir les autres articles de la catégorie B2B : du serious game à l’advergame.

 

A partager :
  • Twitter
  • Print

Alors, qu'est-ce que vous en avez pensé ?


  • deux × = 4