Ewillane

Jouez la carte de l'imagination !

Leelh, c’est quoi ?

0

Avant de vous relater mes aventures leelhoise, il est bon que je vous explique un peu de quoi il s’agit. L’histoire, vous la connaissez et si elle vous échappe, allez donc voir 3Dduo, côté grand public et En route vers 2087 pour vous rafraîchir la mémoire. Aujourd’hui, il est question du jeu dans son ensemble.

Voici à quoi ressemblait le projet de jeu lorsque j’ai commencé à travailler dessus (Il y a eu des modifications successives qui seront traitées au fur et à mesure par la suite) : Le joueur incarne un survivant de la deuxième génération, un fils ou une fille de ceux qui ont connu le monde d’avant. Le survivant, lui, est né dans ce monde ravagé, au savoir dégradé, où la nourriture est une source de conflits et où tout est oppressant.

Il y a deux types de survivants : ceux qui ont changé, les Turnes, aux yeux gris sur fond gris et ceux qui ont résisté à ce changement et qui restent comme les gens d’avant : les Emnus. Peu à peu, ils se sont regroupés en clan et ont développé un idéal de vie. Les Emnus rêvent de reconstruire une ville dans un premier temps, puis le monde. Ils veulent redécouvrir les joies de l’électricité et de toutes les grandes découvertes d’avant. Les Turnes, eux, parce qu’ils ont changé et parce qu’en changeant ils ont commencé à parler cette langue bizarre, ont été rejetés, traqués, tués. Ils ont fini par haïr tout ce que représente les Emnus à leurs yeux, surtout cette idéologie idiote. Pour eux, la nature est la clé. Elle les a recueillie lorsque les Emnus les ont chassés et les a préservés du danger. Alors il faut vivre en harmonie avec elle, coûte que coûte. Deux visions ennemies qui vont s’affronter dans un combat mortel.

Pourtant, la nature aussi a changé. Elle est devenue hostile et sauvage. Elle a regagné ce que l’homme lui avait pris il y a longtemps. La végétation est devenue omniprésente et tente de forcer ses droits sur ce qui oppose encore une résistance. Il n’est pas rare de croiser des bêtes sauvages terribles, presque des monstres : des tigres enragés, des cloportes géants et des plantes mouvantes. Et puis, il y a les autres. Ces êtres, sans doute dérivés de l’humain mais qui n’en sont plus depuis bien longtemps. Entre les Inouts, ces créatures semi-humaines cannibales, et les Marche-peurs et l’horreur qu’ils inspirent, il ne fait pas bon traîner dehors.

Alors il faut s’organiser et trouver un abri. Surtout la nuit, qui semble raviver l’instinct de prédateur de la faune et de la flore locale. Il y a même des créatures dont on murmure à peine le nom, qui ne sortent que la nuit. C’est la course pour récupérer tout un tas de matériaux afin de fortifier ces abris de fortune et tenter d’en faire un endroit sûr.

Mais dans ce monde, plus rien n’est sûr. Alors chacun s’arme et s’entraîne, grappillant la moindre chose qui lui permettra de survivre un jour de plus.

Voilà peu ou prou, l’univers et les intentions du game designer en chef : Sacha Stepanian. Ce à quoi vient s’ajouter le système de combats, déjà évoqué, et le système d’instances. La querelle entre les deux factions laisse imaginer, évidemment, de terribles affrontements JcJ (Joueurs contre joueurs) à venir.

Illustration pour RPG mag

 

© 3Dduo. L’ensemble des éléments de gameplay et graphiques appartient à 3Dduo. 

Voir les autres articles de la catégorie Leelh.

 

A partager :
  • Twitter
  • Print

Alors, qu'est-ce que vous en avez pensé ?


  • + trois = 12