Ewillane

Jouez la carte de l'imagination !

3Dduo, côté grand public

0

J’ai évoqué ces derniers mois en long et en large l’activité de jeux sérieux que j’ai pu avoir au sein de 3Dduo. Pourtant il s’agit d’une entreprise bicéphale qui s’est essayée au jeu grand public. Quelles distinctions cela fait-il, me direz-vous ?

Lorsque l’on fait du serious game, on vend une idée qui devient ensuite un jeu pour un client, une entreprise ou une institution, afin de toucher le public dans un but mercantile ou de communication. (Je vous renvoie à mon article sur le branche professionnelle de 3Dduo.) Il s’agit donc avant tout de répondre à un besoin et à des exigences formés par le client. Il arrive parfois d’ailleurs que le client fasse des demandes qui ne sont pas forcément les plus pertinentes pour atteindre le but qu’il s’est fixé et qu’il soit impossible de le convaincre de sa maladresse. Le public, lui, est évidement induit mais il n’est pas le seul à qui l’on s’adresse.

Dans le cas d’un jeu grand public, on lui destine le produit, le jeu sans qu’il puisse y avoir d’intermédiaire. De fait, le grand public devient le client. Or la difficulté, c’est que le public est un client protéiforme et versatile. Il est difficile à cerner et ne répond pas à un cahier des charges de ses exigences. C’est la raison pour laquelle le marketing a inventé les études de marché et la catégorisation en cible. C’est aussi pour cette raison que l’on n’est jamais sûr à 100%, même avec la plus grande étude de marché possible, du succès effectif d’un jeu.

 

Ceci étant dit, 3Dduo avait dans ses cartons un projet grand public d’envergure. Il s’agit de Leelh. Concrètement, qu’est-ce qui ce cache derrière ce nom un peu barbare à la prononciation hésitante ? Il s’agit d’un MMORPG, un « jeu de rôle en ligne massivement multijoueur », pour ceux qui ne sont pas familier du jargon, qui se déroule dans le Nord de la France, à Lille – et là normalement, la lumière fait jour dans votre esprit quant à la prononciation du nom du jeu – en 2087.

Côté technique, il s’agit d’un jeu jouable directement dans le navigateur internet, exit donc la boite de jeu aux CDs d’installation dont on ne se sert qu’une seule fois. Le jeu est en 3D temps réel grâce à sa technologie : le VRML. Bon alors là, soyons honnête, sauf si vous êtes vous-même informaticien, vous n’avez aucune idée de ce que c’est, mais je le note pour les gens qui savent et qui se poseraient la question (on ne sait jamais). Le graphisme du jeu est axé bande-dessinée et ambiance sombre pour coller aux thèmes de l’histoire.

Côté scénario, le pitch est assez simple : quelque chose, quelque part, en 2060 a royalement capoté puisque l’humanité s’est presque entièrement éteinte suite à cet « évènement ». Par miracle, une poignée d’hommes et de femmes ont réussi à survivre. Certains ont même changé et possèdent désormais des yeux gris sur fond gris. Le joueur est un descendant de ces survivants, il n’a jamais connu le monde d’avant. Nous sommes actuellement en 2087 et la vie est extrêmement difficile. Privé d’eau courante, d’électricité, de voiture, de tout ce qui faisait le monde d’avant, il faut survivre. Chose plus facile à dire qu’à faire puisque le monde est devenu particulièrement hostile. Des hordes de bêtes sauvages et de choses bizarres rôdent et veulent, elles-aussi, survivre, sans doute à votre dépend. Entre deux courses pour la vie, peut-être pourrez vous découvrir ce qui s’est passé ?

 

Le jeu a été mis en développement pendant 2 ans et ouvert au grand public, mais n’ayant pas connu le succès escompté, l’exploitation a dû s’arrêter. Il est toujours disponible gratuitement pour les irréductibles. Il faut dire que la cible recherchée était une cible de niche : des core-gamers c’est à dire des gens entre 15 et 30 ans, qui jouent 5 à 10h par semaine, par session d’une à deux heures et qui sont, soit lassés des MMO classiques, soit joueurs de console sans trop d’envie de s’engager dans un jeu en ligne, soit rôlistes.

Malgré tout, un travail a été fourni, parfois méconnu parce que non implémenté dans le jeu et il reste intéressant de le montrer. Je vous invite donc à parcourir les articles de la catégorie Leelh pour découvrir l’univers de ce jeu post-apocalyptique et d’anticipation.

A partager :
  • Twitter
  • Print

Alors, qu'est-ce que vous en avez pensé ?


  • × trois = 6